Ma commande (0)
ACCUEIL NOUS CONTACTER ADHERER MON COMPTE
NOUS SUIVRE Facebook Instagram
Cinémathèque des Pays de Savoie et de l'AinCinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain

Réalisateurs amateurs

Imprimer Envoyer la fiche par email Partager sur facebook

          • Charles Goffoz

          • Charles GOFFOZ est né le 10 décembre 1914 dans le 5ème arrondissement de Lyon. Ses parents, Louis et Marie Goffoz, d'abord au service d'une maison bourgeoise lyonnaise, s'installent dans les années 1930 à Marcy-l'Etoile où Louis est embauché comme palefrenier pour s'occuper des chevaux d'un petit laboratoire qui débute alors et fabrique des sérums... fondé par un certain Marcel Mérieux.

            Charles rencontre et épouse Marguerite Chambry à St-Consorce près de Lyon, en 1936, et ils s'installent à Vaise. Elle est dactylo et Charles garçon blanchisseur. Un premier fils, Louis, naît en 1937. Les aînés portaient le prénom du grand-père paternel ! Démobilisé en 1941 au camp de Rivesaltes où l'avait amené la débâcle de 1940, il regagne Lyon en tant que mécanicien agricole. Il n'a jamais exercé cette profession, mais c'est le seul motif pour être démobilisé au plus vite.
            Les Ponts et Chaussées créent alors un nouveau service : le Service Navigation pour la Saône et le Rhône, qui devient l'Office National de la Navigation, où Charles se fait embaucher comme chauffeur en 1943.
            Il participe un peu à la Résistance, servant de chauffeur et de courrier entre Lyon et le Vercors. Deux autres fils naissent, René en 1945 et Jean-Paul en 1951. Le Service Navigation de l'O.N.N. se développe, Charles Goffoz gravit les échelons et prend sa retraite comme chef du parc matériel, en 1978.

            Charles Goffoz n'a jamais pu entreprendre d'études, ce sera le grand regret de sa vie. Il a tout appris sur le tas, devenant un excellent mécanicien.
            Esprit extrêmement curieux, toujours à guetter les innovations techniques, il achète en 1946, certainement à prix d'or pour lui, une caméra ERCSAM 9,5mm, un projecteur et une planche de montage.

            Son fils se souvient : « Il embobinait lui-même ses chargeurs dans le cagibi noir de la maison, pour économiser, et pouvoir filmer plus. Filmer est devenu une de ses multiples passions. Tous nos déplacements et visites, toutes nos vacances, étaient prétexte à sortir sa caméra ».
            Charles Goffoz filmait la vie de sa famille dans la région lyonnaise, en Savoie, en Ardèche, les vacances dans le Midi de la France, ses voyages en Italie. Étant chauffeur, les voitures et la mécanique étaient ses « dadas ». Tous les dimanches, et pendant les vacances, il emmenait sa famille « faire un tour » en voiture et filmait, quelques fois en roulant, ou donnait la caméra à son passager. Il filme les fêtes de famille, naissances, baptêmes, communions, fiançailles, mariages. Mais aussi par exemple la Saône gelée à Vaise l'hiver 54, ses déplacements sur la Saône et le Rhône, le passage de l'écluse de Donzère-Montdragon, la Savoie et l'Ardèche, terre de ses ancêtres, la chasse, sa première descente à ski en 1949 dans la vallée des Bauges, bien sûr sans télé-skis.
            « Les séances de cinéma étaient fréquentes à la maison, avec les parents et les amis, moments de visionnage des films de vacances et des fêtes de famille ». Il passe au film en couleur vers 1964. « Sa curiosité aidant, il a vite progressé en électricité, et c'est lui qui a fabriqué de ses mains la première machine à laver de ma mère en 1950, nous avons eu notre premier poste de télévision en 1954, rareté à l'époque. Grand chasseur et pêcheur, il nous a initiés le dimanche à la fabrication des moulins à eau dans les rivières à truites, à faire voler de petits avions en balsa et tulle vernis, à faire voler des « fusées », qui ont toutes « brûlé » au décollage ! Très habile de ses mains, il nous a appris et laissés « bricoler » dans le garage, où tout l'outillage possible était rassemblé. Une fois en retraite, il se tourne vers l'électronique et les transistors, fabrique de petits récepteurs qui lui permettent d'écouter les conversations entre les pilotes et la tour de contrôle de Satolas. Merci à lui pour avoir laissé sa curiosité en héritage à ses trois fils » .
          • Charles Goffoz
Avec le soutien de :
Soutiens
Mécènes
Groupama
Suivre la Cinémathèque surFacebookInstagram

Recevoir la lettre d’informations

OK

Le Téléphérique
12 bis Route d'Annecy
74290 Veyrier-du-Lac
04 50 23 51 09
contact@letelepherique.org

Mentions légales

Conditions générales de vente

Appels d'offres

Recrutement

En partenariat avec
Partenaires
 
Partenaires
 
Powered by diasite