Ma commande (0)
ACCUEIL NOUS CONTACTER MON COMPTE
NOUS SUIVRE Facebook
NEWSLETTER OK
OK
Cinémathèque des Pays de Savoie et de l'AinCinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain
Actualités

Imprimer Envoyer la fiche par email Partager sur facebook

          • Hommage au cinéaste suisse Francis Reusser en deux films, "Seuls" et "La séparation des traces"

          • Samedi 15 décembre à 18h30 et 21h au cinéma La Turbine en présence du cinéaste

          • Séance événement anniversaire La Turbine
          • Magnifique double programme  autour de deux films du cinéaste suisse Francis Reusser, en sa présence. Son nouveau film, La séparation des traces (2018), un essai très personnel qui le raconte autant qu’il raconte le cinéma, le pays, le monde; et la version numérisée et restaurée avec passion de son film préféré, Seuls (1981), qui réunit à la pointe du lac Léman des acteurs aussi prestigieux que Niels Arestrup, Bulle Ogier, Michael Lonsdale, Christine Boisson et Olimpia Carlisi.

            Né en 1942 à Vevey, Francis Reusser  est le «frère» cadet des Tanner, Soutter et Goretta. Il fait un passage par l’École de Photographie de Vevey, suivi d’une délinquance juvénile légère qui le conduit en foyer de semi-liberté pour adolescents. Il a une formation de cameraman live à la Télévision Suisse Romande, et est l’origine -avec François Albera- de la création de la section audiovisuelle de l’École Supérieure d’Art Visuel de Genève. Cinéaste internationalement reconnu, Léopard d’or en 1976 avec le Grand Soir, par deux fois sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs en 1969 pour Vive la mort et 1981 pour Seuls, César du meilleur film francophone en 1985 pour Derborence, il franchit allègrement dès ses débuts la passerelle entre documentaires et fictions. Seuls (copie entièrement restaurée) et La séparation des traces se nouent aujourd’hui dans un même et mélancolique mouvement mémoriel.

             

            Samedi 15/12 à 18h30 Seuls, Fiction, Suisse, 1981, DCP, Couleurs, 100 min avec Niels Arestrup, Christine Boisson, Michael Lonsdale, Bulle Ogier, Olimpia Carlisi. Chef opérateur Renato Berta.

            Jean, 35 ans, trouve par hasard une photo dans un photomaton. Ce qui l’amène à faire des rencontres insolites et l’entraîne dans d’étranges relations amoureuses… Du lac aux montagnes, cette œuvre lyrique raconte le voyage intérieur d’un homme revisitant sa mémoire. 
            Passé le cap du GRAND SOIR et des lendemains qui déchantent, il s’agissait pour les vieux adolescents que nous sommes de retrouver la trace des pères et des mères soudainement disparus de nos réalités et a fortiori de nos fictions. Pour moi, c’était tout simple: il suffisait de retrouver sur mes pas à la rencontre du lac des montagnes qui obturent notre horizon helvétique, et d’y respirer un air plus frais dans lequel font retour les bonnes forces d’avant le déluge.A se frotter ainsi au bleu-marine et aux altitudes, je découvre avec modestie que si rien n’a changé pour l’essentiel de nos espoirs et de nos rébellions, tout par contre peut-être pensé et fait AUTREMENT, films y compris. Francis REUSSER 2018.


            Le film est présenté en première à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 1981 ainsi qu’à Locarno et San Sebastián. En 2018, il est présenté dans sa version restaurée à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes à l’occasion des 50 ans de la Quinzaine. Film numérisé par Francis Reusser avec le soutien de la Fondation culturelle SUISSIMAGE et de la RTS et la collaboration de la Cinémathèque suisse.

             

            Samedi 15/12 à 21h, La séparation des traces, Documentaire, 2018, Suisse, 75 min

            Avec ce film, le réalisateur suisse revisite les lieux de sa mémoire intime (les paysages alpins de son enfance, les rues des villes où il a tourné certains de ses films) ainsi que ceux de sa mémoire cinéphilique. Dans cet énorme travail de reconstruction qui prend la forme d’un journal filmé, la séparation des traces entre sa vie et son travail devient impossible. Après autant de films réalisés, regardés, aimés, est-il possible de faire autrement ?

            Reusser, muni ici d’une toute petite caméra vidéo, joue le double jeu de celui qui regarde et celui qui est regardé, et réussit à se raconter avec humour et intelligence sans jamais tomber dans l’amertume. Son récit, teinté par la nostalgie de celui qui est persuadé d’avoir connu une époque meilleure pour le cinéma, et aussi porté par la force de celui qui continue à faire des films malgré les contraintes économiques. Une lettre d’amour au cinéma du passé, pleine d’espoir en l'avenir. Un vrai chant de résistance.
            Mention Spéciale du Jury à Visions du Réel 2018

             

            Séances proposées dans le cadre du projet EntreLACS, programme de coopération territoriale Interreg V France -Suisse 2014-2020 - Fonds européen de développement régional.

             

          • Hommage au cinéaste suisse Francis Reusser en deux films, "Seuls" et "La séparation des traces"
Avec le soutien de :
Soutiens
Mécènes
GroupamaFondation du Patrimoine
Suivre la Cinémathèque surFacebook

Recevoir la newsletter

OK

Le Téléphérique
12 bis Route d'Annecy
74290 Veyrier-du-Lac
04 50 23 51 09
contact@letelepherique.org

Mentions légales

Conditions générales de vente

Appels d'offres

Powered by diasite